J’anime des formations à l’écoute active, à la communication non violente et à la psychologie positive. 

L’écoute active est issue des travaux du psychologue Carl Rogers. Elle cherche à permettre à une personne de s’exprimer totalement et librement, par une écoute bienveillante et curieuse de ce que vit cette personne. L’International Coach Federation la définit comme la capacité à se concentrer exclusivement sur ce que la personne dit et ne dit pas, à comprendre le sens de ses paroles dans le contexte de ses émotions et besoins, et l’encourager à s’exprimer librement. 

C’est une écoute dépourvue d’attentes préconçues. Elle nécessite une aptitude à décrypter les paroles, le ton de la voix et le langage du corps, notamment pour percevoir les changements en fonction de ce dont parle la personne. 

Il s’agit d’être, à la fois, complétement avec la personne qui parle et dans le recul par rapport à ce qu’elle vit. 

L’écoute active est rarement naturelle. Le plus souvent, nous écoutons notre discours intérieur, c’est-à-dire tout ce qui nous vient pendant que quelqu’un nous parle (analyses, jugements, émotions, distractions, etc.) et tout ce que nous avons envie de lui dire ensuite. 

L’écoute active est un savoir-faire, qui s’apprend, se travaille et se renforce au fur et à mesure que nous le pratiquons. Elle devient alors un savoir-être, que nous utilisons de manière authentique, fluide et naturelle.

La communication non violente est un processus très simple à expliquer, mais qui nécessite du temps pour être pratiqué et intégré. 

“Le but de la CNV n’est pas d’obtenir ce que nous voulons, mais d’obtenir un lien humain qui permettra à chacun de voir ses besoins satisfaits. C’est aussi simple et aussi complexe que cela.” – Marshall Rosenberg, créateur de la CNV

La communication non violente a pour but prioritaire, avant d’aboutir à un résultat, de rétablir le lien entre les personnes pour qu’elles installent et/ou restaurent une relation qui favorise la reconnaissance et l’accueil de la réalité, des émotions et des besoins de chacun.

Avec le processus de la communication non violente, les critiques, accusations, jugements sont traduits en faits, sentiments et besoins afin de permettre, au-delà des mots, de clarifier les intentions, d’être entendu dans ses besoins fondamentaux et de trouver avec l’autre des solutions adaptées et durables en exprimant des demandes et en accueillant les siennes.

La psychologie positive étudie les conditions et les moyens permettant aux personnes d’accroitre leur sentiment de bien-être et les aide à :

  • mieux prendre conscience de leurs valeurs (ce qui est important pour elles) et de leurs ressources (quelles sont leurs forces) ;
  • agir conformément à ces valeurs, en prenant appui sur leurs ressources. 

Il s’agit d’une science expérimentale, dont les hypothèses sont testées et les résultats validés au moyen d’expériences menées suivant des protocoles rigoureux, publiées et soumises à l’approbation, la critique et l’amélioration par d’autres chercheurs. 

A partir de cette démarche scientifique, elle propose des outils dont l’efficacité a été testée et démontrée. 

La psychologie positive est utile et efficace dans tous les domaines de la vie : personnel, professionnel, familial, social, etc. 

Elle peut agir tant au niveau des individus que des groupes, voire d’une organisation dans son ensemble. 

Les formations sont actuellement suspendues. Elles reprendront dès que la situation sanitaire le permettra. Vous pouvez vous inscrire à ma newsletter pour être prévenu lorsque cela sera le cas.